Une psyché du Septentrion : Édith Henry

C’est en 1985, dans le n° 16 de notre revue, qu’Édith Henry est apparue. Depuis, ses dessins ont illustré une vingtaine de numéros et nous sont devenus des plus familiers. Elle a aussi participé à bon nombre d’expositions de notre association en tant que peintre. Une peintre que notre région affectionne — et pas seulement notre région, car ses travaux ont voyagé de la Pologne à la Chine —, à n’en pas douter pour cette part d’imaginaire qui émane de son œuvre. Cette œuvre peuplée d’êtres humains et animaux, foisonnante de couleurs vives, jamais encline à s’arrêter dans une façon de faire, vivante, il faut la situer à l’orée du conte, et il semble qu’Édith Henry n’est jamais autant l’artiste qu’un Pierre Mac Orlan eût aimé ajouter à son Romantisme du Nord (elle a grandi à Valenciennes), que quand elle nous rapporte ses impressions du monde (à cet égard, il convient de rappeler les liens de longue date qui unissent La Pluie d’oiseaux, son association, avec le Kurdistan).

Loin de traduire une vision du monde formelle ou sans appel, les scènes que lui inspire le spectacle des gens sont le principe d’un transport vers un univers de l’image où toute enfance ne s’est jamais perdue. Univers de l’image qui ne se cantonne pas au tableau mais, quelque part dans l’impalpable, s’emploie en toute générosité à élargir le cercle du parergon (“ ... dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d'église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rhythmes naïfs ” eût dit Rimbaud). Repas de famille, enlacements dansés... sur des éclats de troncs d’arbre, soirées dans les bars... et jusque dans d’anciennes boîtes à cigares, etc : toutes couleurs de la peinture sans lesquelles, assurément, nous n’aimerions pas assez la peinture.


Expositions personnelles

1988 Galerie du 69, Lille.
1989 Atelier/Galerie, École d'Arts Plastiques à Wazemmes, Lille.

Exposition-Performance, l'Été de Vaour (Tarn).

1990 Galerie Matisse, Seclin (Nord).
1991 Festival, Côté gradins, Prato, Hospice Comtesse, Lille.
1992 Chemin des toiles, Castelnau de Montmirail (Tarn).
1993 Ealing Central Library, Londres.
1997 La Plus Petite Galerie du Monde (ou presque), Roubaix (Nord).
2001 IUFM, Lille.
Centre Culturel Jean Effel, Carvin (Pas-de-Calais).
2002 ¼ et puis il y a le sable, centre culturel Max Pol Fouchet, Méricourt (Pas de Calais).

très grands formats :

1988 Acharnière Festival, Lille.
1989 L'Été de Vaour (Tarn).
22, v'là les artistes, Noyelles-les-Vermelles (Pas de Calais).
et pour le Théâtre Krill à Vaour (Tarn) : Le Sang mêlé de la mer.
2000 Réalisation de compositions en trois dimensions modulables et évolutives pour la Blanche Porte (Tourcoing, Nord) en concertation avec le personnel de Auster 2.
Palais à ciel ouvert, Lille.
Artiste chez l’habitant, Lille.
Les 4 saisons et Le Chameau volant, 2 Halls d’immeuble (Seclin, Nord).
2001 La Baleine au bois et Dans les nuages, 2 Halls d’immeuble (Seclin, Nord).

Expositions collectives :

1986 Saint Quentin, Émotions.
1987/1988 Paris Free-Art et Mode Art (vente à l'Hôtel Drouot).
1991 Saint-Beauzile (Tarn) avec Karina Waschko.
1992 Barcelone, galerie Acap.
1993/1994 Grenoble, Métissage et modernité.
1994 Lyon, L'Embarcadère, Avec le vent du Nord.
1996 Cracovie (Pologne), 9 x France.
1997 Hommage à Édouard Pignon, Biennale d’Arras.
1999 Artistic Exchange Market : Londres, Saint-André (Nord) et Bruxelles.

Expositions de créations collectives :

1991 avec Karina Waschko, Loos-en-Gohelle : Rencontres polonité.
1992 avec Rebwar, Faches-Thumesnil (Nord) et Albi (Tarn).
1993/1994 Jardin secret avec Bertrand Foly, écrivain, pour l'exposition Côté jardins à l'atelier-galerie de l'ARIAP, Lille.
1993 à 1999, La Pluie d'oiseaux : Edwarina (Édith, Rebwar, Karina).

Autres réalisations :

1998/1999 Exposition des 10 ans de correspondances photo avec Xu Zhiwei, photographe chinois, Pékin, galerie Tianfang puis à Roubaix (Nord).
Depuis 1998 : Conturlures, histoires en peintures, spectacles créés avec Bertrand Foly.
2000 Inanna ou la descente de l’amour en enfer, spectacle avec Bertrand Foly et Osman Sarkar (conte, peinture et musique).


Édith Henry est née en 1957 à Épinal. Vit à Valenciennes jusqu'à ses études à l'École Régionale d'Arts Plastiques de Lille de 1979 à 1984. Lilloise depuis.

 

coeur.gif (229 octets)

Retour à la page d'accueil

exposition